La taxe de solidarité qui serait prélevée, sur les billets d'avions et qui été adoptée en conseil des ministres, ne suscite pas la joie de la profession, à quelques exceptions près.

Répondre à cet article